Multithumb found errors on this page:

There was a problem loading image http://www.fanseurope.org/images/stories/FIFA%20HQ%20Window%20Logo.jpg
There was a problem loading image http://www.fanseurope.org/images/stories/FIFA%20HQ%20Window%20Logo.jpg

FIFA HQ Window Logo.jpg

Une coalition d’ONG et de syndicats de premier plan a écrit à chacun des quatre candidats à la présidence de la Fifa, les enjoignant, au cas où ils gagneraient les élections, à s’attaquer aux questions des droits de l’homme, des droits du travail et de la lutte contre la corruption concernant les prochaines Coupes du Monde. 

Dans un questionnaire élaboré par la Sport and Rights Alliance (SRA), il est demandé aux candidats – le Prince Ali Ben Al Hussein de Jordanie, Sepp Blatter, Luis Figo, Michael van Praag – si, au cours des 100 premiers jours de leur présidence, ils s’attelleraient aux problèmes liés à la corruption, aux droits du travail et aux droits de l’homme en rapport avec la Coupe du Monde 2018 en Russie et 2022 au Qatar, qui sont source de profondes préoccupations. L’élection du nouveau président aura lieu le 29 mai à Zurich.

Dans le questionnaire, il est précisément demandé aux candidats s’ils prendront des mesures afin d’éviter les violations des droits de l’homme et du droit du travail liées à la construction d’infrastructures pour la Coupe du Monde 2022 au Qatar. 

La question est également posée de savoir s’ils profiteront de leur position en tant que président pour pousser les autorités qataries à rendre la législation nationale en matière de droit du travail conforme aux normes internationales et à réformer le système de parrainage de la kafala, qui en pratique, lie les travailleurs migrants à leur employeur et les empêche de quitter le pays.

Au cours des dernières années, la Fifa a été l’objet de vives critiques dues aux violations des droits de l’homme en rapport avec la Coupe du Monde.

La période précédant la Coupe du Monde 2014 au Brésil a été entachée par des violences policières à l’encontre des manifestants anti-Coupe du Monde et par des évictions forcées pratiquées pour faire place aux infrastructures prévues pour la tenue de l’évènement.

La Coupe du Monde 2022 au Qatar a été associée à de graves violations des droits des travailleurs migrants, parmi lesquelles des cas de mortalité au travail, le non-paiement des salaires, des conditions de travail pénibles et dangereuses, des conditions de logement choquantes ainsi que le recours au système de la kafala.

D’autre part, en Russie, l’épouvantable situation des droits des lesbiennes, des homosexuels, des bisexuels et des transsexuels (LGBT), de la protection de l’environnement et de la liberté d’expression, dévoilée lors des Jeux Olympiques d’hiver de Sotchi l’année dernière, suscite de grandes inquiétudes pour la Coupe du Monde 2018.

De plus, l’attribution de l’organisation des Coupes du Monde 2018 et 2022, et d’autres décisions, ont donné lieu à de graves allégations de corruption qui ont terni encore un peu plus la réputation de la FIFA. Via son questionnaire, la SRA demande aux candidats s’ils maintiendront le processus de réforme, au combien nécessaire, de la FIFA, y compris la mise en place d’une limitation du nombre de mandats, l’arrivée de directeurs indépendants, des contrôles d’intégrité et de transparence concernant la rémunération des dirigeants et les décisions de la Commission d’Éthique.

Eduard Nazarski, Directeur d’Amnesty International Pays-Bas - membre de la SRA - a déclaré :

“L’exploitation des travailleurs migrants, les violences policières à l’encontre des manifestants, la répression de la liberté d’expression par les gouvernements et la corruption sont aujourd’hui presque aussi synonyme de Coupe du Monde que le football lui-même.

“L’élection d’un nouveau président est, pour la Fifa, l’occasion de tourner la page, d’affirmer que trop c’est trop et de mettre à profit le pouvoir et l’influence inhérents à sa position pour engendrer des changements positifs.

“Des millions de personnes suivent de près les élections présidentielles de la Fifa. Beaucoup d’entre elles voudront savoir si le nouveau président sera prêt à laisser derrière lui cette triste époque et à mettre le football au service de la protection des droits de l’homme, de la transparence et du développement durable. Si ce n’est pas le cas, la Coupe du Monde continuera à répandre la misère dans son sillage.”

La SRA demande au prochain président de la Fifa de mettre d’urgence en place des mesures permettant d’assurer que la Coupe du Monde soit toujours organisée dans le respect des droits de l’homme, de l’environnement et des mécanismes de lutte contre la corruption – du dépôt des candidatures à l'élaboration et à la tenue de l’évènement et jusqu’à son évaluation finale.

Ce questionnaire a été réalisé par Amnesty International, Human Rights Watch, la Confédération Syndicale Internationale, Terre des Hommes et Transparency International Allemagne, membres de la SRA.

 

Contact:

Amnesty International (Amnesty International United Kingdom): Naomi Westland (English, Spanish): +44-020-7033-1548; ou: naomi.westland@amnesty.org.uk.Twitter: @newsfromamnesty

Football Supporters Europe (FSE): Daniela Wurbs (Deutsch, English): +49-179-7511-886; ou daniela@fanseurope.org. Twitter: @FansEurope

Contact

Football Supporters Europe eV

Koordinationsbüro

Postfach 30 62 18
20328 Hamburg
Germany

Tel.: +49 40 370 877 51
Fax: +49 40 370 877 50
Email: info@fanseurope.org

Mentions légales